AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez
 

 Alvaro Videla

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Santo Pastor
Alvaro Videla Rey
Santo Pastor
Rang : Rey du Hueco Mundo, Messager de Sima

Messages : 759
MessageSujet: Alvaro Videla   Alvaro Videla Icon_minitimeSam 3 Nov - 22:02

ALVARO VIDELA
Bouffon du Roi

    Âge : Indéterminé, même son âge apparent est impossible à deviner. S’il a l’air adulte, il ne se comporte pas forcément comme tel…
    Race : Arrancar – Vasto Lorde
    Rang demandé : Chef de l’Exequias

    Description de votre personnage :

    Géant squelettique, Alvaro devrait faire peur.
    Et bien ce n’est pas du tout le cas.

    Grand, il surplombe presque tous ses contemporains, pourtant souvent adeptes du gigantisme, grâce à ses deux mètres tente. Sa silhouette longiligne est habillée d’un costume noir qui tranche radicalement avec les vêtements opalins des Espadas et rappelle que chez les Exequias, c’est pas le même bousin. Cette tenue est complétée par une fantaisie de l'Arrancar, un chapeau haut-de-forme qu'il ne porte que dans les grandes occasions.
    Son masque est plein, ce qui le singularise encore plus, et donne l'impression que sa tête n'est qu'un crâne décharné, aux orbites vides mais pleines de malice et au sourire minimaliste et enfantin. Son visage est extrêmement expressif et l'Arrancar ne se gêne pas pour multiplier grimaces, moues et larges sourires à la bienveillance discutable. Il parle d'une voix légèrement suraiguë, rapidement agaçante.
    Sa taille démesurée est d’autant plus frappante que ses membres ne sont pas proportionnellement à l’échelle. Immenses tiges aux muscles atrophiés, ses bras sont si fins qu’on croirait qu’il n’est fait que d’os. Filiforme jusqu'à l'extrême, ses longues jambes semblent le rendre capable de parcourir des centaines de mètres d’un pas et ses grandes enjambées laissent des traces bien étranges sur le sable du Hueco Mundo. Plusieurs Hollows se sont demandé quelle créature était capable de ne poser le pied que tous les deux mètres. Ses mains sont semblables à deux immenses araignées blanchâtres aux pattes à rallonge et son trou de Hollow, situé dans son abdomen, n'est semble-t-il jamais visible.
    Pourtant, malgré cette très grande taille, Alvaro ne baisse presque jamais les yeux vers ses camarades Arrancar : il est la plupart du temps courbé, en tailleur ou à califourchon pour leur parler ou leur infliger ses vilaines blagues. Il lui arrive même de se déplacer à quatre pattes, se transformant en créature quadrupède maladroite. Ce n'est que lorsqu'il libère sa Resureccion qu'il se dresse enfin, dépassant alors ceux qui l'entourent.


    Son apparence particulière, ajouté à son caractère joueur, a tendance à le décrédibiliser aux yeux de ses camarades.
    On a vite fait de le prendre pour un clown et c'est tout ce qu'il demande.

    Car joueur, il l’est ! Loin d'être le plus malin et le plus posé des hommes de Grimmjow, il aime les farces et ne pas se prendre au sérieux. Théâtral, il crie, se lamente, déclame des monologues sans queue ni tête, qu’il y ait un public ou non. Il préfère rire et se moquer que de faire du mal – du moins tant qu'il n'a pas libéré sa forme supérieure. Traumatisé par son passé de Hollow, par ce qu'il a fait et a dû faire, il préfère se faire des amis, quitte à devenir une plaie pour son entourage. Témoignez-lui un peu d'attention et il devient rapidement un Overly Attached Arrancar.
    La guerre ? Pas une nécessité ! Bien qu'il ne soit pas pour autant pacifiste (son instinct de Hollow reprenant parfois le dessus), de par son poste, Alvaro n’est pas tenu de participer aux raids des Espadas et il ne s’en plaindra pas. Quitter l’uniformité vide et rassurante du Hueco Mundo n’est pas l’expérience qu’il préfère. Son monde, il l’aime, il l’adore ! Y a plein de trucs à faire, du genre, par exemple, embêter les autres, tiens ! Il a déjà du mal à se faire accepter parmi les siens, inutile à ses yeux d'aller tenter l'expérience auprès des autres civilisations.
    Même s’il se doit d’obéir selon la hiérarchie de puissance aux Espadas, il oublie parfois qu’il leur doit aussi le respect et en fait la victime de ses plaisanteries, qui peuvent mettre en danger la cible de son humour. La force le rappelle généralement à l’ordre et la puissance des coups qu'il reçoit est proportionnelle au temps qu’il mettra avant d’oublier sa dérouillée et de recommencer. Il n'arrive à se tenir (relativement) tranquille qu'en présence du Roi, envers qui il est reconnaissant d'avoir pu rejoindre la "bande de copains" de Las Noches.
    En tant que chef des Exequias, il est chargé de supprimer les intrus et d’exécuter les Arrancars inaptes au combat. Prenant la succession de Rudobone après la prise de pouvoir de Grimmjow, il doit cependant adapter le poste à ses compétences. Ne disposant pas de la capacité de générer des minions comme son prédécesseur, il fut autorisé à recruter des membres à la manière des Espadas et de leurs Fraccions. Mais on ne peut pas parler de déferlement de candidatures, l’Exequias n’ayant jamais eu le prestige des Espadas et le caractère Alvaro n’aidant pas à créer des vocations.
    A noter également qu'il souffre d'un étrange dédoublement de personnalité qui lui fait changer de caractère du tout au tout une fois sa Resureccion libérée. Il devient alors inexpressif, cruel et meurtrier, retrouvant un comportement un peu plus logique venant d'un Hollow. Cette transformation, physique et psychologique, semble expliquer comment il a pu survivre jusqu'alors et atteindre le stade de Vasto Lorde, un niveau de puissance qui ne saute pas aux yeux lorsqu'on le découvre dans sa forme Arrancar traditionnelle. A vrai dire, même lui n'est pas conscient de son propre potentiel et déteste se transformer, ne sachant que trop bien qu'il retrouve généralement des piles de cadavres autour de lui à son "réveil".


    Description de votre pouvoir : Pesadilla
    Spoiler:
     
    Pesadilla est un katana aussi curieux que son propriétaire. Entièrement blanc, aussi bien sur le pommeau, le fourreau ou le tranchant de la lame, cette uniformité est relevée par des stries noires, d'un centimètre de largeur, qui apparaissent sur la partie supérieure de l'arme. Elle ne possède pas non plus de garde, ce qui est un moindre handicap puisqu'Alvaro ne s'en sert pour ainsi dire jamais. En effet, Pesadilla ne voit que très rarement les étoiles du Hueco Mundo, car toujours cachée dans la manche gauche de l'Arrancar, celui-ci n'aimant pas la sentir balloter à son flanc. Cette fantaisie lui est permise par la longueur inhumaine de ses membres et les plus observateurs de ses pairs sauront remarquer cette étrange boursouflure à son avant-bras.
    Alvaro ne dégaine son arme que pour libérer sa Resureccion ou achever les ennemis vaincus et le Arrancars condamnés par le Roi.

    Hace Desaparecer, Pesadilla
    Spoiler:
     
    Alvaro libère toute la puissance cachée derrière son comportement puéril en prononçant ces quelques mots, tout en utilisant la lame de Pesadilla enfin dégainée comme levier, pour soulever son masque et l'arracher complètement. C'est donc un Arrancar au sens premier du terme, car contraint d'enlever son masque à chaque Resureccion.
    Alors que le masque de clown est projeté au loin, Alvaro révèle également sa véritable apparence : un géant sombre au visage immaculé, inexpressif, vide. Abandonnant ses cabrioles, il se dresse de toute sa stature, flirtant avec les cieux et son comportement change du tout au tout. S'il ne semble pas changer complètement de personnalité, il passe du joyeux luron au plaisantin cruel. Pas de débordement comme à son habitude, il devient un placide prédateur et se rapproche plus du comportement habituel d'un Vasto Lorde. On comprend à cet instant pourquoi, malgré son tempérament clownesque, il a été nommé chef des Exequias. Ne disposant pas d'une bouche, il communique en faisant vibrer le Reiatsu autour de ses adversaires pour formuler des phrases.
    Son principal pouvoir une fois transformé est le Hierro Negro. Cette peau diffère de la blanche bien évidemment par sa couleur, mais aussi par sa résistance et ses propriétés uniques, en faisant non seulement un atout défensif mais aussi et surtout offensif. Recouvrant l'intégralité du corps d'Alvaro, à l'exception du visage, l'épaisse pellicule lui donne visuellement une plus forte carrure mais surtout une capacité accrue à encaisser les coups, le rendant extrêmement endurant au combat. Cependant, comme dit plus tôt, c'est en attaque que Hierro Negro trouve toute sa valeur. Tout d'abord, il peut modifier partiellement la forme du corps d'Alvaro. Tout en gardant les contraintes de la forme générale d'un corps humain, immuable, le Hierro Negro peut lui permettre de se doter de griffes aux résultats dévastateurs ou encore de membres supplémentaires, bien que cette dernière habilité lui demande beaucoup d'énergie. D'autres applications sont possibles, lui offrant un panel d'attaques lui permettant d'augmenter considérablement ses capacités létales et de surprendre le combattant inattentif.
    Ce n'est cependant pas là l'ultime ressource qu'offre le Hierro Negro : agissant comme un parasite calcaire, il est capable de croître dans un organisme étranger. Il faut pour cela qu'Alvaro arrive à causer une blessure suffisamment conséquente à son ennemi pour y déposer des fragments de Hierro Negro, qui vont grandir au fur et à mesure que se poursuit le combat pour handicaper l'ennemi, au prix d'une perte continue de reiatsu pour Alvaro. Imaginez qu'une plaie à l'épaule se transforme en amas noir, coupant comme un rasoir, grossissant petit à petit, encombrant chacun de vos mouvements, tandis qu'Alvaro frappe, encore et encore. Si cette capacité ne peut que très rarement causer la mort, en cas d'atteinte sévère d'organes vitaux, elle lui a souvent été utile pour défaire ses ennemis.
    Une fois sa Resureccion libérée, Alvaro devient donc un adversaire résolument dangereux, et ceux qui ont pu le prendre à la légère s'en mordent généralement les doigts.


Histoire :

Dans un râle de douleur, il tomba à terre. Lui qui s’était juré de ne jamais plier l’échine… Dans un dernier effort pour conserver son honneur, sa dignité, il tentait de restait droit, fut-il à genoux, et de ne pas sombrer entièrement dans la défaite et la honte. Mais ses blessures étaient bien trop grandes, son corps bien trop fatigué par son combat. Il bascula. Son visage s’enfonça dans le sable glacé. C’était une sensation plutôt agréable, en fait. Son corps bouillonnant se rafraîchissait. Non. Il refroidissait.
Partir ainsi n’aurait pas été déshonorant, dans d’autres circonstances. Mort au combat, que pouvait-il espérer de mieux ? Mais une voix trop familière lui rappela qu’il ne pouvait pas partir la tête haute. Albian Mercadilla avait été défait par un clown. Cela, il ne pourrait jamais l’accepter.

    « Ah bah quand mêêêêême ! T’as été pénible, toi ! »

Un pied immense vint se poser délicatement juste à côté de sa tête. Albian était trop épuisé pour lever les yeux vers ce visage qu’il ne connaissait que trop bien et qui avait retrouvé son expressivité maladivement puérile. Haut, tout là-haut, Alvaro se gaussait de lui. La parodie d’Arrancar avait révélé des cartes cachées dans sa manche inattendues, et la métaphore n’était pas si loin de la vérité puisque c’était de la-dite manche qu’Alvaro avait dégainé son sabre et libéré sa forme véritable. Ca, pour une surprise, ca avait été une surprise. Une mauvaise, comme celles qu’affectionnait le clown de Las Noches.

    « J’aurais fait mon possible pour t’emmerder autant que tu m’as emmerdé, pendant toutes ces années, parvint-il à articuler.
    « Rooooooooh, t’exagères Ally ! J’étais pas si embêtant que ça !
    « Tu as eu de la chance, rien de plus. Avec tous mes moyens… »

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase. Une convulsion à l’estomac lui arracha un râle de douleur. S’il n’avait pas été blessé avant le début du combat, il l’aurait vaincu. Oui. Oui, il l’aurait vaincu. Ca n’aurait pas fait un pli.

    « Facile de refaire le match avec des “si” ! En tout cas, ca aura été amusant ! Enfin, sauf pour toi… M’en veux pas, copain. C’est mon travail de tuer les Hollows estropiés comme toi. »

Un autre temps, un autre lieu, Albian lui aurait fait avaler tout le sable du Hueco Mundo pour le faire taire, pour lui faire regretter son manque de respect. Estropié ? Estropié ?!
Et maintenant à sa merci, il était insupportable de supporter son babillage, ses moqueries. Et il savait qu’Alvaro s’en donnait à cœur joie. Il ne lui tardait qu’une chose : qu’il en termine enfin. Mais Albian savait qu’en le lui demandant, le Bouffon du Roi ne ferait que prolonger le plaisir et son agonie. Derrière ses gamineries se cachait un esprit retors, qui ne se révélait qu’une fois qu’il retirait son masque.
Comme répondant à sa demande silencieuse, Alvaro dégaina son arme, son sabre blanc qui avait reprit sa forme traditionnelle, minuscule en comparaison des membres ridiculement allongés de son propriétaire. Albian sentit la pointe de la lame se poser sur sa tempe.

    « Je te fais une oraison funèbre ? Ou alors j’appelle les copains pour qu’ils te disent au revoir ?
    « La ferme. »

Autant demander à un humain d’arrêter de respirer. Inutile d’en rajouter, pensa-t-il. Il avait déjà la honte d’avoir été vaincu. S’ajoutait celle d’avoir été battu par Alvaro, celui qu’il avait toujours dénigré et méprisé. Si en plus ses pairs le voyaient ainsi réduit à l’état de simple proie attendant d’être achevée…

    « Tu blesses mes sentiments. Mais c’est pas la première fois, et puis tu es tout bouleversé, alors je te pardonne ! Fais disparaître, Pesadilla ! »

Une seconde, le temps que la lame prenne son élan, puis ce fut le noir absolu.
La tête d’Albian était percée de part en part. Son corps se tendit pendant un instant, puis ne fut qu’un amas de Reiatsu sans la moindre once de vie. Bientôt, son corps se changerait en sable et agrandirait le vaste désert du Hueco Mundo. Alvaro n'avait pas libéré sa Resureccion ; elle demandait qu'il retire intégralement son masque, mais la formule lui paraissait de mise quand il s'agissait d'éliminer définitivement ses pairs.
Il rangea son arme dans son fourreau et la glissa dans sa manche avec un soupir.

    « Et un de moins. Dommage, il était marrant celui-là. »



3 ans auparavant.

    « Woaaaaaah putain, j’ai bien boufféééé ! »

C’était le cri du cœur d’Alvaro, et à vrai dire aussi un cri de ralliement au sein de son trio. Il avait fini par imiter les manières de Migua et Lillandro et cette exclamation était en quelque sorte un rituel, marquant la fin de leur festin. Alvaro avait cependant changé la formule d’origine, un simple “On a bien mangé !”, en quelque chose d’un peu plus… expressif.

    « Toi et la tenue, ca fait deux, commenta Migua, une chenille blanche hideuse au torse masculin rachitique.
    « Hey ! C’pas vrai !
    « Du calme, vous deux. Laissez-moi digérer tranquille, les sermonna Lillandro en étirant son corps puissant, tendant ses ailes reptiliennes pour les débarrasser de ses courbatures.
    « Si tu peux avoir le ventre plein, c’est pas grâce à Alvaro. Hein ? »

Migua jeta un regard moqueur et mauvais en direction de l’Arrancar au visage superexpressif, qui décida d’arborer une mine boudeuse pour le quart d’heure suivant.
Leur partie de chasse avait fait un petit carnage dans la région. Si Alvaro ne s’était pas montré particulièrement efficace dans cet exercice, ses deux compères avaient en revanche constitué un impressionnant buffet. Bien assez pour eux trois, malgré les protestations habituelles de Migua qui ne comprenait pas en quoi Alvaro méritait sa part. L’homme-chenille songea, une fois de plus, qu’Alvaro n’avait plus vraiment sa place dans leur groupe. Presque aussi inutile pour ramener de la nourriture que pour combattre des Hollows plus puissants qu’eux, il était encore en vie grâce à sa remarquable résistance et sa capacité à ressentir les ennemis de loin, rien d’autre, et ne devait sa place parmi eux qu’à sa capacité à repérer le gibier et à son entrain communicatif. Egalement au fait que Lillandro le portait en affection, malheureusement. Et comme Migua portait également à Lillandro une affection, mais d’un autre genre, il s’était plié au souhait de son ami.
Alvaro restait parmi eux, mais la patience de l’homme-chenille commençait à arriver à bout.

    « M’en fous, si j’enlevai mon masque, ca serait pas pareil… »

Alvaro marmonnait dans sa barbe en tapotant son bras gauche, mais c’était bien suffisamment audible pour ses deux compagnons, qui levèrent les yeux au ciel. Encore cette histoire de masque. A chaque fois qu’on lui reprochait quelque chose, il ne trouvait que ça à dire. Sa prétendue aptitude à enlever son masque.

    « Mais je peux pas l’enlever pa’ce que sinon-
    « Oui, on sait, on va mourir. »

Les deux Hollows se regardèrent avec lassitude.

    « Mais trop ! Et arrêtez de faire genre je dis des balivernes !
    « Déjà, le simple fait que tu utilises le mot “balivernes” suffit à te décrédibiliser. Et ensuite, pour la millième fois Alvaro, non, tu ne peux pas retirer ton masque. On a essayé, nous, et on peut pas. Alors si on y arrrive pas, toi…
    « Vous, non, mais moi… »

Alvaro abandonna la position assise qu’ils avaient prise pour digérer leur repas et se redressa. Les deux Hollows songèrent presque simultanément qu’il était très grand, ce qui ne sautait pas aux yeux au quotidien. Il était le plus souvent affalé sur lui-même.

    « Moi, je peux !
    « Non.
    « Non. »

Alvaro s’effondra, dépité par le manque de confiance de ses pairs. Ils étaient sympas avec lui – sauf Migua, qui s’énervait parfois sans raison – mais ils ne le croyaient pas. Il ne pouvait même pas leur rabattre le caquet en leur montrant que c’était possible, au moins pour lui. La dernière fois qu’il avait voulu convaincre quelqu’un qu’il pouvait enlever son masque, il avait perdu le contrôle et l’avait… mangé. Et ca serait dommage de manger les deux seules personnes qui acceptaient de le supporter au quotidien.

    « Mais du coup, pourquoi j’y arrive et pas vous ? »

Migua se redressa, le poing levé pour user de la seule méthode efficace contre Alvaro (la mandale bien placée) mais ce dernier se figea. Alvaro semblait aux aguets, comme ces petits Hollows des dunes qui se dressaient lorsqu’ils sentaient le danger approcher. Il avait l’air de sonder l’air ambiant et l’homme-chenille lui demanda ce qui lui arrivait.

    « Y a un truc qui approche.
    « Quel truc ?
    « Je sais pas, ca fait comme pour vous et tous les autres, mais en plus grand. »

Les deux Hollows comprirent – et ce grâce à une longue période d’accoutumance à la simplicité d’esprit de leur compagnon – qu’Alvaro ressentait une présence énergétique. Ils en étaient tous deux capables également mais ils avaient compris avec le temps que leur ami les surpassait dans ce domaine. Un Hollow approchait ? Et plus puissant qu’eux visiblement. L’inquiétude naquit dans leurs regards.
Alvaro se dressa soudainement et se tourna vers une zone vide de toute chose, simple plaine de sable à une dizaine de mètres d’eux. Il était silencieux, ce qui n’était pas bon signe. Quelques secondes plus tard s’y dessina une silhouette semblable à celle d’Alvaro, bien que moins longiligne, et plus proche de celle d’un humain.
A vrai dire, il avait tout d’un humain.

    — Te voilà, toi. Tu remettras à plus tard ton gueuleton, je vais m’occuper d’eux, ca nous fera de la place.

Alvaro s’apprêtait à lancer une de ses remarques puériles, mais il n’eut pas le temps de l’ouvrir. L’intrus s’était soudainement trouvé à côté de lui, son bras enfoncé dans la poitrine de Lillandro. Ce dernier baissa les yeux vers le second trou apparaissant sur son corps, lorsque l’humain retira son membre, arrachant au passage une bonne partie de la chair du Hollow.


Quelques instants plus tard, les prédateurs étaient devenus gibier. Lillandro rampait plus loin, ses deux ailes arrachées convulsant non loin de lui. Migua avait pu échapper pendant un temps à l’inconnu en s’enfouissant dans le sable du Hueco Mundo, mais leur ennemi invincible l’avait détecté et d’un Cero foudroyant, l’avait terrassé avant même qu’il ne remonte à la surface. Péniblement, l’homme-chenille s’était dégagé du désert et seul son torse débordait, la moitié gauche arrachée, profitant d’un répit dans le combat pour se régénérer lentement.
Alvaro, lui, ne comprenait pas pourquoi il était indemne.

    — Bon. Maintenant voyons ce que tu vaux.
    « Uh ? »

L’humain ne prit même pas le temps d’expliquer le pourquoi du comment. Alvaro, mut par un réflexe primaire, parvint à éviter le premier coup, mais un Bala le percuta de plein fouet. C’était trop peu pour le blesser. Propulsé en arrière, il s’étala sur les dunes de sable blanc, pantin aux membres disproportionnés. Lui qui était dénué de toute volonté guerrière ne savait pas quoi faire. Fuir et abandonner ses amis ? Pouvaient-ils seulement survivre ? Peut-être, s’ils pouvaient se régénérer. Mais pour cela, il faudrait que l’humain les laisse en vie. Et visiblement, ce n’était pas ses plans à court, moyen et long terme.

Le combat était à sens unique. Alvaro encaissait tant bien que mal, son Hierro le protégeant miraculeusement d’une mort qui aurait dû être instantanée. Lillandro et Migua sentaient que l’humain n’utilisait pas tous ses moyens. Il ménageait Alvaro. Ce dernier était en piteux état. De toute leur longue vie, ils n’avaient jamais vu leur ami en pareille condition. Le simple fait qu’il semble ressentir de la douleur changeait radicalement de ce qu’ils avaient toujours connu : un type pénible qui ne semblait jamais souffrir des attaques subies.

    — Si tu n’es pas capable de répliquer, ca sert à rien que je perde mon temps. Tu comptes devenir sérieux à un moment, ou je vous bute tous tout de suite ?

Alvaro grimaçait. Son corps lui faisait mal et cela faisait très longtemps que ca ne lui était plus arrivé. Il se tourna vers ses amis. La mort… Il n’avait plus pensé à elle depuis très, très longtemps. Elle était beaucoup plus présente que jamais, maintenant. Et s’il voulait y échapper, il faudrait effectivement qu’il devienne sérieux… Ou du moins qu’il joue son va-tout.

    « Désolé, les copains… Je… je suis pas sûr que je vais pas vous faire du mal. Alors si je vous tue, ne m’en voulez pas, hein… »

Il détacha de son bras immense et maigre ce qui aurait pu passer pour un os, et l’avait toujours été aux yeux de Lillandro et Migua. La preuve physique qu’Alvaro était dangereux pour ses pairs, l’objet de sa honte et de son angoisse.
Il dégaina le sabre lentement, comme s’il avait peur qu’un geste brusque le fasse exploser. L’inconnu semblait retrouver un peu d’intérêt. Il fallait croire qu’il avait ce qu’il voulait. Les deux Hollows ne comprenaient pas : d’où sortait cette arme ?
Alvaro plaça la pointe sous son masque, avec des gestes lents et précautionneux, comme s’il s’apprêtait à se donner la mort. Il tourna une dernière fois son regard candide, qui était pour le moment gorgé de peur et d’effroi, vers Lillandro et Migua.

    « S’il vous plait, ne me détestez pas. »

D’un mouvement sec, le masque se souleva.


Plusieurs heures plus tard.

C’était inconfortable. Depuis quand le sable du Hueco Mundo était-il aussi… mou ?
Alvaro se réveilla.

    « Uh ? »

D’habitude, quand il regardait en l’air, il voyait des étoiles. Parfois, quand il était pas vraiment en veine, il voyait un Hollow gigantesque prêt à le bouffer. Mais là, rien. Du blanc. Même pas le noir du ciel, non, juste du blanc.
Et sous lui, pas de sable mais un lit. Il plissa les yeux jusqu’à en faire deux petits traits noirs. Hum… Y avait un truc qui clochait.
Il sentit l’énergie de l’humain près de lui et il se redressa en poussant un cri.

    « YAAAAAAAAAAAAAAR !!
    — Mais tu vas fermer ta gueule ?!
    « Ne me tue pas je t’en supplie !
    — C’est pas au programme, même si ca me démange.

Alvaro mit quelques secondes avant d’assimiler l’information et se détendre. On ne le tuerait pas ?

    — On peut difficilement s’assoir sur un Arrancar comme toi.
    « Je dois pas être très confortable c’est vrai. »

L’humain posa les yeux sur lui. On y décelait un mépris profond et un peu de regret. Peut-être n’aurait-il pas dû laisser la nouvelle recrue rejoindre leurs rangs.
Alvaro, quand à lui, se portait mieux. L’avenir s’était éclairci maintenant qu’il savait qu’il n’aurait pas à périr dans la force de l’âge. Aussi retrouvait-il petit à petit son comportement si unique, qui faisait qu’il resterait irrémédiablement et éternellement au bord de la mise à mort, par ses adversaires ou ses alliés.

    — T'as de la chance de pas t’être réveillé avant que j’aie vu l'autre peluche au rabais...
    « Peluche au rabais ?
    — Le Roi.
    « Le Roi ?
    — Okay, toi t'es con. Plus tard. Faisons les choses dans l’ordre, c’est déjà suffisamment chiant à gérer. Ton nom ?

    « Yé m’appélle Alvaro Videla !
    — C’est quoi cette voix à la con ?
    « Je sais pas, je me sens obligé de parler comme ça à chaque fois que je dis mon nom. Et toi tu t’appelles comment ?
    — Dark suffira pour toi, répondit l’intéressé qui commençait curieusement à s’habituer à la singularité de son nouveau compagnon.
    « Hum, hum. Bizarre comme nom, mais hé ! Chacun notre croix. Comment ça se fait qu’un humain comme toi soit au Hueco Mundo ? Et je suis où, là, d’ailleurs ?
    Dark marqua une courte pause et parut regretter à l'avance ce qu'il allait dire.
    — Je suis un Hollow…
    « Dis wallah !
    — Non, mais toi, ferme ta gueule. Je suis un Hollow, plus précisément un Arrancar. A priori, comme toi, même si ça saute pas aux yeux et c'est pas moi qui m'en plaindrai. Un Arrancar, puisque vu ta gueule t'as aucune idée de ce que c'est, c’est un Hollow qui a réussi à arracher son masque.

Alvaro désigna sa bouche en silence, et Dark lui accorda d’un signe de tête le droit de reprendre la parole. Faudrait vraiment qu’il en finisse rapidement, avec celui-ci.

    « Mes copains me croyaient pas quand je leur disais que j’avais arraché mon masque !
    — Tes copains, c’est les Hollows de merde qui étaient avec toi ? Je croyais que tu voulais les bouffer. En tout cas, tu t’es chargé de les finir à ma place.
    « Je les ai tués ? »

Alavaro s’en était un peu douté. S’il ne les avait pas tués lui-même, Dark s’en serait de toute manière chargé. Il comprit que dans un sens, leur existence avait été scellée lorsqu’ils l’avaient croisé. Même s’il était triste pour eux, il était trop excité par les nouveaux évènements qui se bousculaient dans sa vie. Les questions l’emportaient sur le deuil.

    — Quant à l'endroit où on est, reprit Dark après un temps d’arrêt, je t’ai ramené au Palais de Las Noches.
    « Non, non, comme ça : “Yé té emmené au…” »

Il crut sentir l’énergie que dégageait son interlocuteur dédoubler de puissance. Il ne termina donc pas sa phrase.

    —C’est là que résident la plupart des Arrancars au service de Grimmjow. Notre Roi, donc. Enfin, à ce qu'il parait. Le plus puissant d’entre nous en réalité. Grimace à peine voilée. Je te passe les détails là-dessus. Je crois que même avec toute la volonté du monde, tu pigerais pas un broc.

Alvaro n’acquiesça ni ne contesta pas. Il essayait de comprendre ce que voulait dire “Las Noches”.

    — Je suis chargé de trouver de nouveaux Arrancars, pour sa nouvelle armée. Disons que je leur casse la gueule et que je ramène ceux qui tiennent encore en un seul morceau. Et t’en es un, ce qui explique ta présence ici. T'es pas aussi bidon que t'en as l'air à ce qu'il parait, alors on va voir si on peut faire quelque chose de toi. Sinon bah... J'aurai qu'à finir le boulot, hein.

Le visage impassible du Hollow s’anima d’un large sourire quelque peu niais. Une nouvelle bande de copains ! Comprenant malgré son cerveau étriqué que sa place était encore sujette à révocation, il tempéra l’explosion de joie intérieure.

    — Tu feras partie de l’Exequias. A vrai dire, l'autre type pense que tu devrais en prendre la direction. Parait que t'en as le potentiel. On t’expliquera plus en détail ton travail plus tard, et on te filera de quoi bouffer. Ce genre de conneries. Évite juste de boulotter le personnel, ça nous arrangerait. Des questions ?
    « Bah, s’il veut, hein. Moi du moment que je reste ici… Et je t’aurai sous mes ordres du coup ?
    — Non. Jamais. PERSONNE ne me donne d'ordre. Compris ? Me fais pas regretter de t'avoir épargné. Moi, je fais partie de l’Espada. Ca n’a rien à voir.

Dark n’avait pas la force ni la patience de lui expliquer qu’Alvaro aurait pu être lui-même un des Espadas. Une fois sa Resureccion libérée, il avait eu du mal à venir à bout de ce qui était, contre toute attente, un Vasto Lorde. Un tel spécimen avait tout à fait sa place parmi eux, mais lorsqu’il avait fait part à Grimmjow du comportement de l’Arrancar avant sa transformation, ils étaient tous deux arrivés à la conclusion qu’un tel élément ne pouvait prétendre à un siège si élevé dans leur hiérarchie. Il en allait de la réputation des Espadas.
Maintenant qu’il le connaissait mieux, l’ex-Quincy ne pouvait que se féliciter de cette décision.

C’est avec peine et souffrance que Dark en finit d’expliquer quel était son nouveau rôle à l’Arrancar. Il prit congé en espérant que la suite de son recrutement ne l’obligerait pas à affronter un autre individu de ce genre.
Alvaro, les yeux brillants, appréhendait cette nouvelle existence avec une excitation folle. Il n’était pas encore certain d’avoir cerné ce qu’il se passait autour de lui. Mais il sentait qu’il était un engrenage dans une machine et c’était une sensation nouvelle pour lui. L’avenir était prometteur.


Dernière édition par Alvaro Videla le Mar 11 Déc - 12:03, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bleach-bsrpg.com/t2361-santo-pastor-rey-del-hueco-mun
Alejandra Selès
Alvaro Videla Arr-num
Alejandra Selès
Rang : Quinta Espada

Messages : 39
MessageSujet: Re: Alvaro Videla   Alvaro Videla Icon_minitimeJeu 22 Nov - 11:38

Bonjour, cette fiche est-elle toujours d'actualité ?

_________________
Pessimiste by Moi dix Mois on Grooveshark
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bleach-bsrpg.com/t112-alejandra-seles-fiche-technique
Santo Pastor
Alvaro Videla Rey
Santo Pastor
Rang : Rey du Hueco Mundo, Messager de Sima

Messages : 759
MessageSujet: Re: Alvaro Videla   Alvaro Videla Icon_minitimeVen 23 Nov - 15:45

Ma connexion web ne l'étant plus avant au moins la fin de l'année (;_Wink, on va la mettre de coté !

Have fun les coupains !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bleach-bsrpg.com/t2361-santo-pastor-rey-del-hueco-mun
Melody MacKenzie
Alvaro Videla Hum-ind
Melody MacKenzie
Rang : Ϟ Espiègle Valkyrie

Messages : 2108
MessageSujet: Re: Alvaro Videla   Alvaro Videla Icon_minitimeVen 23 Nov - 19:47

Pas de souci, tu sais comment faire pour la récupérer.

À bientôt !

_________________

Alvaro Videla 253954signmelofeb
Destruction leads to a very rough road
But it also breeds creation
And earthquakes are to a girl's guitar
They're just another good vibration
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bleach-bsrpg.com/t1637-melody-mackenzie
Santo Pastor
Alvaro Videla Rey
Santo Pastor
Rang : Rey du Hueco Mundo, Messager de Sima

Messages : 759
MessageSujet: Re: Alvaro Videla   Alvaro Videla Icon_minitimeMar 11 Déc - 10:31

(Enfin) terminée !

Merci au validationneur !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bleach-bsrpg.com/t2361-santo-pastor-rey-del-hueco-mun
Melody MacKenzie
Alvaro Videla Hum-ind
Melody MacKenzie
Rang : Ϟ Espiègle Valkyrie

Messages : 2108
MessageSujet: Re: Alvaro Videla   Alvaro Videla Icon_minitimeMar 11 Déc - 11:55

Je te valide donc au niveau 4, en tant que Chef de l'Exequias.
Tu disposes de 25 points de compétence, à répartir comme il te plaira dans ta fiche technique, qui se trouve dans le HRP de ton organisation.

Bon jeu sur BBS !

_________________

Alvaro Videla 253954signmelofeb
Destruction leads to a very rough road
But it also breeds creation
And earthquakes are to a girl's guitar
They're just another good vibration
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bleach-bsrpg.com/t1637-melody-mackenzie
May/Em
Alvaro Videla 619736emperatrices
May/Em
Rang : Primera Espada

Messages : 2009
MessageSujet: Re: Alvaro Videla   Alvaro Videla Icon_minitimeMar 11 Déc - 16:16

Bon jeu sur BBS !

_________________
Alvaro Videla Mayem-sign
Resurrección:
 

Priscilla (PNJ):
 

Revenir en haut Aller en bas
http://www.bleach-bsrpg.com/t2751-may-emily-ft-en-cours
Santo Pastor
Alvaro Videla Rey
Santo Pastor
Rang : Rey du Hueco Mundo, Messager de Sima

Messages : 759
MessageSujet: Re: Alvaro Videla   Alvaro Videla Icon_minitimeMar 11 Déc - 16:31

Merci bien !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bleach-bsrpg.com/t2361-santo-pastor-rey-del-hueco-mun
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Alvaro Videla   Alvaro Videla Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Alvaro Videla

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Archives :: Archives-