AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

CreativeJuiz

OuvrirFermer






Le forum est fermé. Vous pourrez nous retrouver sur notre nouveau projet ICI

Partagez
 

 Ryudo Oikawa [Prez finished en attente de valid']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ryudo Oikawa
Ryudo Oikawa [Prez finished en attente de valid'] Shi-shi
Ryudo Oikawa
Rang : Capitaine de la Première Division

Messages : 22
MessageSujet: Ryudo Oikawa [Prez finished en attente de valid']   Ryudo Oikawa [Prez finished en attente de valid'] Icon_minitimeLun 27 Oct - 22:59

    Avatar : Himura Kenshin
    Parrain : Un Psycopathe, Slovodan Mitrovic
    Comment avez-vous découvert le forum ? Slovodan Mitrovic, votre membre, m'a invité sur Skype à venir tenter l'aventure à vos côtés.

Nom du personnage

    Âge : 240 ans
    Race : Shinigami
    Siège demandé : Capitaine de la Première Division
    HRP ! : Ne maîtrisant que trop peu les âges dans le monde Shinigami, j'ai mis en âge humain les débuts de mon histoire. Partant du principe que 10 ans en âge humain = 100 ans en âge shinigami, à la fin de mon histoire mon personnage à 24 ans en âge humain et donc 240 en âge shinigami. Mais pour réellement bien se rendre compte depuis sa naissance, les évolutions, j'ai préféré parler en terme d'âge humain.

    Description de votre personnage : À quoi ressemble votre personnage ? (10 lignes au minimum)
    Oikawa, est un shinigami de 240 ans, disposant d'une force physique plutôt ordinaire. A vrai dire, ce n'est pas à ce niveau là que ce-dernier se démarque des autres de ses semblables, puisqu'en effet il dispose d'une puissance spirituelle qui n'est pas anodine et compense amplement ce manque de force physique. D'autant plus, que le shinigami de la Première Division par le biais de nombreux entraînements exigeants détient une excellente habilité au sabre. Il ne peut toutefois exceller dans tous les domaines bien qu'il soit du genre à vouloir les améliorer à peu près tous, ce qui explique quelques autres lacunes comme en Hakuda où il n'excelle en aucun cas. Le Ryudo n'est pas une montagne de muscle, mais n'est pas non plus fébrile, Oikawa possède un corps très athlétique laissant entrevoir des abdominaux très développés, des pectoraux dessinés convenablement pour un homme et un dos taillé de façon ordinaire, il n'est pas très épais ni très large. Aussi, ce shinigami de 240 ans est grand, il mesure 1m93 et pèse du haut de ses 1m93, 88 kilos.

    Le détenteur de Rīsarumisuto a de longs cheveux rougeoyants qu'il attache en queue de cheval. Sa chevelure associé à son regard bleuâtre très froid des plus austères, lui donnent un air dur et peu sympathique. Quant à son faciès ce-dernier a l'aspect sablé lui donnant une peau hâlée sied très bien avec sa chevelure et ses pupilles océaniques d'un bleu profond, il a une forme ovale. Les joues d'Oikawa ne sont pas joufflues mais, plutôt creuse certainement à cause d'une génétique svelte où les hommes ont un visage très sévère. De plus, ce-dernier possède une cicatrice sur la joue gauche. Le jeune homme n'a pas des lèvres très épaisse pour ne pas dire extrêmement fine, elles ont une nuance virant au rose clair. Parlons de sa dentition, elle est des plus parfaites, des dents d'un éclat étincelant plus blanc qu'une feuille vierge. D'ailleurs, ce-dernier n'en profite que très rarement puisqu'il ne sourit pas souvent. Son buste, n'est pas impressionnant comme un homme travaillant son physique régulièrement et cherchant à travers un travail physique régulier à être une montagne de muscle. L'on voit à travers les tracés des muscles du buste d'Oikawa, un travail régulier tout-à-fait ordinaire pour se maintenir tout bonnement en forme, ni plus ni moins. Puis, la taille des bras d'Oikawa n'est pas impressionnante non plus, ce n'est certainement pas à ce personnage qu'on imposerait la tâche de porter des charges très lourdes à bout de bras. Par contre, le Ryudo détient des jambes rarement aussi bien dessinés au niveau musculaire, l'on peut distinguer chaque muscle de ses jambes montrant que cet homme est très à l'aise sur ses jambes, en plus de leur faire subir de lourds entraînements.

    Jamais habillé comme la coutume au sein de la Soul Society le prévoit, ce tendre garçon porte un kimono tantôt rouge tantôt bleuâtre en fonction de ses envies, à vrai dire, il s'y trouve plus confortable et apprécie ce décalage du genre, pour se démarquer d'autrui. Cette distinction très particulière est tout-à-fait ajuster à sa personnalité haute en couleur, bien qu'il soit respectueux envers ses gradés, il s'avère que par rapport aux autres, son caractère difficile prenne le dessus. Le bas s'accompagnant du Kimono est lui toutefois aux normes de la Soul Society. Il est souvent en sandale et affiche une attitude décontractée où il respire la bonne humeur bien que cela ne soit pas toujours vrai.

    Ce garçon orienté vers l'orgueil a un ego surdimensionné, il ne paye pas de mine et derrière des faux airs de gentil homme, il n'est pas pour autant modeste en soi. Bien au contraire, il pense être au dessus d'une bonne partie des shinigamis présent dans la Soul Society. Néanmoins, il a le mérite de ne pas étaler devant le grand public ce côté prétentieux qu'il détient. Ceci étant dit, ce n'est pas pour autant qu'Oikawa sous-estime ses adversaires bien qu'intérieurement il pense être d'une nature supérieure, le Ryudô ne compte pas baisser sa garde pour autant. A côté de ça, le détenteur de Risarumisuto, utilise son franc parler, ses quelques atouts de séductions pour se laisser emballer par le charme fantastique du sexe opposé, qu'est la femme. Il résiste rarement à un regard féminin charmant. Mais, il n'occupe pas ses temps libre que de femmes et sait s'en passer lors de moment urgent, elles ne sont que des objets de plaisirs pour lui. Ce-dernier vit modestement et cela le convient en tout point, l'argent n'est pas une fin en soi mais, juste un moyen comme un autre de consommer le strict nécessaire et par ailleurs, il ne jalouse pas ses semblables qui touchent un plus grand nombre de monnaies que lui. La force d'Oikawa réside dans sa totale abstraction du monde extérieur, il n'est pas sans arrêt à se mettre en rivalité mentalement ou physiquement avec une tierce personne mais, plutôt concentré sur son accomplissement de soi et ne souffre pas d'un manque d'estime et puis comme dit plus haut, son orgueil aide à ne pas en souffrir.

    C'est un garçon pour le plus souvent maître de ses émotions, tout combattant doit savoir contrôler les sentiments qui déferlent en lui au risque d'en perdre la tête et d'en payer aussitôt les conséquences. C'est par ce point de vue qu'Oikawa ne se laisse pas céder à la colère inutilement mais, peut-être qu'à l'avenir des événements le feront entrer dans une rage inaltérable. Et en terme d'envie, le Ryudô craque littéralement face à des sucreries, il s'agit certainement de son pêcher mignon.

    Si Oikawa doit posséder une très grande qualité, c'est certainement la volonté dont il fait preuve au quotidien. En aucun cas il ne laisse la paresse prendre le dessus sur sa vie et se fixe jour après jour des objectifs à suivre, qui l'aide à se tenir au goût du jour et ne pas se laisser emprisonner dans la flemmardise la plus totale.

    Au sujet d'amour, le jeune garçon n'a jamais eu la chance de le rencontrer. Il lui arrive d'en rêvasser et d'en imaginer son existence mais, jusqu'à présent, rien de tel ne lui est arrivé. Oikawa voudrait connaître l'amour sous ses grands jours cependant, il juge l'amour comme une faiblesse dans un monde tel que celui-ci. Un homme aura des insécurités lorsqu'il fréquentera une femme, pensera à d'autres choses et la vie d'Oikawa se résume à la prospérité de la Soul Society.

    Il est du genre très amical à tout point de vu, bien que son amitié ne se gagne qu'après preuve que vous la méritiez. En effet, ce jeune homme juge autrui par leur force autant mental que physique, leur qualité, lorsqu'il décide de s'engager dans une amitié, c'est parce qu'elle lui apportera en retour satisfaction sur de nombreux points. Malgré, sa convivialité envers ses amis les plus chers, ce n'est pas le cas pour ceux qui ne sont pas ses amis. Que ce soit des connaissances, des ennemis ou autre, l'humeur d'Oikawa n'est pas la même, il est plus austère, plus cynique et à plus tendance à devenir atrocement désagréable.

    Ce Shinigami de 240 ans a une très grande assurance lorsqu'il s'adresse à un public ou à une personne hiérarchiquement plus haute que lui, il sait se faire entendre et défendre ses points de vues toujours dans le respect de ses supérieurs évidemment. Le ton de sa voix assez rauque y sert aussi, par ce biais, il se fait écouter et ne passe que très rarement inaperçu, sa parole a du poids.

    Oikawa partage la philosophie de son cher père qu'il a diffusé à travers le livre qu'il a écrit, s'intitulant l'Art de la Bataille. Un essai expliquant la nécessité pour le Gotei 13 de procéder à des réformes notamment dans la manière dont les apprentis shinigamis sont formés. Il y est montré, le manque cruel d'expérience de terrain et d'exigence en terme de réelle capacité à développer pour permettre au plus grand nombre d'acquérir un niveau pouvant être utile au Gotei 13 et de se retrouver aussitôt efficace en temps de guerre. Cet essai comprenant une explication des failles du Gotei 13, met en avant des solutions pour y palier en suivant une méthode et une philosophie stricte dirigeant tout être le lisant avec implication et sérieux, à dédier sa vie pour le combat et le bien de la Soul Society.

    Ainsi, pour le Ryudô, le Gotei 13 manque d'exigence dans ses formations et ce-dernier compte bien changer cela en passant par des prises de postes de plus en plus importants. Par les temps qui court, Oikawa pourrait bien être une solution à laquelle penser pour palier à l'apparition des Reapers, qui, en l'état semble sérieusement plus préparé que les Shinigamis. Pour lui, il est urgent pour le Gotei 13 de retrouver sa souveraineté et redorer le blason de la Soul Society en acceptant l'idée qu'elle ne prépare pas aussi bien qu'elle ne pourrait ses apprentis shinigamis et pour cause sur des milliers de shinigamis très peu sortent du lots.
    Description de votre Shikai (et bankai le cas échéant):

    Le Zanpakûto d'Oikawa se prénomme Risarumisuto signifiant la Brume Meurtrière.

    Shikai : Oikawa doit prononcer la phrase suivante pour activer son Shikaï, Etends toi Risarumisuto. Avec cette prononciation, le Zanpakutô jusque-là détenant une apparence ordinaire de katana devient entièrement blanc satiné. Il s'agit d'un Zanpakutô de type Acide sous forme de brume. En effet, il peut dégager une brume acide et provoquer des effets en fonction de la technique employée.

    Lors du Bankai, Risarumisuto, se divise en deux Daô chacun de couleur blanc satiné, la tenue du Shinigami reste inchangée. Sous cette forme, Oikawa peut utiliser son acide sous forme liquide et sous forme gazeuse expliquant la division du Zanpakutô en une paire de Daô.

    Histoire : (25 lignes au minimum)
    Le Père d’Oikawa était un shinigami lambda, ce n’était pas le meilleur mais, ce n’était pas non plus le pire. Ce-dernier, ne disposait, d’ailleurs pas d’un statut distinct. C’était modestement un père de famille et un shinigami, analyste, qui voyait dans le fonctionnement du Gotei 13, un manque cruel d’expérience de terrain pour les disciples, futur shinigami. C’est par ce constat que le Géniteur d’Oikawa décida d’écrire un essai s’intitulant L’Art de la Bataille, un livre précieux et rempli d’élément fort intéressant pour le jeune Oikawa, qui encore aujourd’hui le garde précieusement. Cet essai met l’accent sur des méthodes d’apprentissage plus strictes, plus dangereuses pour des disciples qui ne connaissent encore peu de chose de ce qu’est un réel combat en présence d’un véritable ennemi. Dans l’Art de la Bataille, la spécialisation dans le déroulement du champ de bataille et sa réalisation est primordiale pour un Gotei 13 prospère qui assure sa pérénnité. C’est dans ce but que durant des années, Oukados Ryudo, père d’Oikawa mis au point un entraînement des plus difficiles et des plus exigeants et pour en essayer les bienfaits, il décida de le mettre en pratique sur son jeune fils.

    L’art de la Bataille n’était pas uniquement un essai énumérant des techniques, des programmes d’entraînements mais, il débordait aussi de psychologie, au delà d’une préparation physique, le mental détenait une place prépondérante. Il ne suffisait pas de passer avec brio les étapes de chaque entraînement, il était primordial de respirer Champ de Bataille, de penser Champ de Bataille et d’avoir la philosophie de la Guerre en inculquant les valeurs, les lignes de conduites expliquées dans cet ouvrage.

    Pour Oikawa, cette étape psychologique passait bien évidemment par l’éducation que Oukados lui transmettait, elle était austère, stricte et laissait peu de place à l’émotionnel. Elle se transmettait par de petites choses du quotidien comme se tenir droit, être fier, avoir la tête haute, ne pas fuir l’adversité et la combattre. Mais aussi par l’exigeance, très souvent Oukados donnait des tâches à accomplir à son jeune fils, ce n’était pas des tâches difficiles en elle-même, elles étaient plutôt ordinaires comme couper de bois toutefois, pour Oukados il ne suffisait pas de trancher le bois d’une quelconque manière, la bûche devait respecter une forme particulière, le bois apporté à couper devait être d’une excellente qualité et si ces deux critères n’étaient pas respectées, Oikawa se devait de reprendre depuis le début, recommencer jusqu’à l’accomplissement de la tâche dans sa totalité.

    A travers ces petites choses, le père d’Oikawa transmettait une valeur importante, faire les choses d’une bonne manière et même si cela doit prendre un temps monstrueux. Le perfectionnisme était dès lors développé à travers ces manigances.  Pour Oukados, un bon combattant ne fait pas les choses à moitié, il se perfectionne jusqu’à atteindre une qualité rare et il le fait dans la durée.

    La sensibilité chez un combattant était primordiale mais, elle devait être maîtrisée. Ce n’était pas question de vendre son âme au Diable en délaissant toute son humanité. Un excellent combattant garde une part d’humanité mais, il maîtrise ses émotions et ressentir par exemple de la crainte n’était pas envisageable pour des hommes, qui doivent combattre pour le bien des leurs. Ainsi, Oikawa se familiarisait avec ses craintes de nombreuses façons, son père l’emmenait sur le terrain avec lui, lui montrer ce qu’il en était réellement. Ceci était réalisé plusieurs fois jusqu’à ce que rencontrer des monstres étranges, hollow, n’était plus en soit inquiétant pour lui. Oukados rassurait son fils par des paroles très philosophiques, en dégradant l’idée qu’on pouvait se faire d’un combat et des conséquences funestes qui pouvait en découler. Mourir en guerrier, ce devait être la plus belle des fins pour un combattant, car cela signifie que l’on est mort dans la dignité. Au départ et c’était une réaction récurrente chez un enfant, cette philosophie n’était pas partagée, mourir était une crainte et relativiser à ce sujet était difficile. Néanmoins, petit-à-petit le futur jeune Shinigami partageait cette opinion.

    Plusieurs années passaient, Oikawa avait désormais 12 ans. Il entra à l’Académie Shinô en tant que disciple. Les années passées avec son père lui avait permis de disposer de qualité utile comme la droiture, la discipline, le respect envers sa hiérarchie faisant d’Oikawa certainement l’un des élèves le plus obéissant de l’Académie. C’était cette différence marquée avec de nombreuses autres personnalités plutôt très téméraires qu’il se démarqua et fit de lui, un des élèves modèles de l’Académie.

    Lorsqu’il entrait chez lui, les efforts n’étaient pas terminés. Comme l’Art de la Bataille disait, il n’y a jamais de fin dans l’accomplissement de soi et c’était pour cette même raison que lorsqu’Oikawa rentrait de l’Académie Shinô, Oukados l’attendait dans une pièce qu’il avait spécialement aménagé pour y faire subir de difficiles entraînements. Le jeune fils n’était pas doté d’un talent naturel, il n’était pas surdoué. Pour ainsi dire, il n’avait absolument aucun talent et c’était l’un des meilleurs arguments pour le forcer à travailler beaucoup plus.

    Malgré sa discipline, son excellent comportement, ses résultats n’étaient pas exceptionnels, ils étaient tout à fait ordinaire et malgré que le comportement avait son importance au sein d’une société comme la Soul Society, ce n’était pas non plus le genre de pré-requis, qui ouvrait la voie vers un brillant avenir. Parmi les élèves téméraires appartenant à la classe d’Oikawa, certains malgré une attitude puérile détenaient un talent grandiose et qui fera bondir vers l’avant ces mêmes personnalités qui auront d’importants rôles à tenir dans l’histoire de la Soul Society.

    C’était injuste pour un enfant aussi méritant et droit qu’Oikawa Ryudô et pour inverser la tendance, un dur labeur était nécessaire. Avec ces efforts constants, cet entraînement régulier particulièrement usant, le garçon pourra prétendre à l’arrivée aux même capacités que les plus talentueux voire les surpasser. Quand ils passeront plus de temps à se divertir plutôt qu’à perfectionner les mouvements de Zanjutsu, d’Hakuda et bien d’autres, Oikawa travaillera ses faiblesses jusqu’à les palier.

    En ce jour, l’entraînement du jeune fils d’Oukados était de perfectionner le mouvement le plus basique qui soit en Zanjutsu, un coup de sabre partant du haut vers le bas, le répéter un nombre de fois indéfini jusqu’à ce que le père juge le coup efficace. Au bout de 200 ième mouvement, les bras du jeune garçon était engourdi et il lâcha prise et le sabre s’écroula au sol dans un bruit sourd. En plus d’être un exercice exigeant, le sabre pesait lourd. Le géniteur d’Oikawa vit son fils affaibli et préféra ne laisser aucun commentaire et partit silencieusement, laissant le pauvre Ryudo seul, à se lamenter sur ses faiblesses. Ce-dernier était un garçon qui acceptait la critique et s’auto-critiquer à des nombreuses reprises pour s’améliorer encore et encore, n’avoir pu en faire que 200, le fit plonger dans un court moment de mélancolie, il avait envie de laisser place aux larmes mais, sa fierté l’empêchait de les laisser couler alors elles restèrent au bord de ses pupilles bleuâtres.

    Le lendemain à l’Académie, les exercices étaient beaucoup moins physiques, il ne s’agissait plus d’agiter un sabre et apprendre des techniques de Zanjutsu mais, plutôt de ne faire qu’un avec son esprit et développer son reaitsu. Pour un shinigami, le Reaitsu est certainement un facteur indispensable, plus il sera puissant et plus le shinigami en question sera redoutable. Etonnamment, dans cette activité, Oikawa surpassait entièrement sa classe, il détenait une quantité de reaitsu au-dessus de la majorité des élèves en contrepartie, l’exercice de malaxation de reaitsu était beaucoup plus difficile pour lui que pour un disciple lambda, contrôler une énergie aussi vaste pour un jeune garçon était complexe.

    Cette journée avait été très instructive pour le jeune homme, qui après la déception subie hier, venait de comprendre qu'en utilisant convenablement son reaitsu, il aurait une force plus grande et par ce principe, cela lui permettra d'effectuer des répétitions plus longues et dépasser les 200. Toutefois, en arrivant chez lui, l'exercice n'était plus le même. Oukados insistait sur la polyvalence. Pour lui, un novice pour disposer d'une bonne base, doit être polyvalent. La spécialisation ne doit se faire qu'après plusieurs expériences et un bon niveau d'ensemble autrement l'apparition de lacune pourrait coûter cher surtout dans un monde où la moindre faiblesse coûte une vie.

    Aujourd'hui, le géniteur d'Oikawa avait préparé un exercice d'équilibre et de concentration. Pour cela, il avait préparé un tonneau allongé sur lequel il avait placé un large plateau pour y accueillir un homme, il était assez large pour faire tomber la personne se tenant dessus. Si, elle penche trop à droite elle tombe, trop à gauche le constat est le même, il fallait trouver le juste milieu et garder cet équilibre jusqu'à ce qu'Oukados s'en lasse. L'exercice était rendu plus dur encore lorsqu'il demanda à son fils de tenir dans chaque main, des poids respectivement de 25 kilos chacun, les bras écartés et tendus.
    Evidemment après une journée où il en apprit beaucoup sur le reaitsu, il s'en servit pour tenir le plus longtemps possible bien que cela soit resté insuffisant, Oukados était satisfait d'observer son fils, progresser par lui-même en ayant compris que sans reaitsu, un shinigami n'est rien.

    Six ans plus tard, Oikawa intégra la Première Division après avoir été reçu en tant que Shinigami. Applaudit par la plupart de l'équipe enseignante par son sérieux et son évolution qui avait été parsemé d'embûches sans toutefois compromettre son potentiel. A travers ces six années, le tout jeune promu shinigami Oikawa avait attrapé un caractère trempé. Il respectait toujours autant sa hiérarchie cependant, il n'était pas du genre écrasé par les plus turbulents. Malgré une éducation stricte, le caractère du Ryudo n'avait pas été cassé, à ce moment précis, il était devenu un homme à part entière.
    Lors de sa promotion à la Première Division, un Asauchi lui avait été confié. Il s'agissait de la forme primaire d'un Zanpakuto, le temps passé avec donnera plus tard forme à un Zanpakuto qui lui permettra de disposer de capacité extraordinaire.

    Lors du premier jour à la Première Division, Oikawa rencontra un autre shinigami venant tout juste tout comme lui, d'être promu à la Première Division, il s'appelait Fumisato. Ils avaient le même âge et des caractères similaires, très rapidement ces-deux là devinrent deux meilleurs amis. Pendant des mois durant, les deux meilleurs amis s'entraînaient sans relâche, commençant à transmettre une partie de leur âme à leur Asauchi respectif, qui jour après jour devenait des Zanpakuto. Néanmoins, le malheur frappa ces deux meilleurs amis, quand leur similitude les amena à disposer tout deux du même Zanpakûto.

    Il s'agissait d'un cas extrêmement rare, tellement rare que l'on pouvait compter sur les doigts d'une main le nombre de cas identique à ce cas-ci et hélas, la loi de la Soul Society quant à ce phénomène était des plus sanglants et des plus funestes. En effet, deux shinigamis disposant du même Zanpakutô doivent s'entretuer pour décider de qui, aura la main mise sur le Zanpakutô. Au départ, les deux jeunes amis préféraient trouver un arrangement, Fumisato était prêt à laisser le fameux Zanpakuto en question. Sauf que malheureusement, la solution n'était pas si simple, la Soul Society était très stricte sur ce point et le duel ne pouvait être évité.

    Oukados, avait écrit dans l'Art de la Bataille, que l'amitié était le trésor le plus précieux de tout guerrier tout comme il pouvait être la chaîne la plus pesante qui soit, nous empêchant d'aller de l'avant. Le message était très clair à travers ces lignes, Oikawa ne pouvait fuir ce combat et il devait occire son meilleur ami pour espérer, vivre et connaître cette vie de Shinigami.
    Ryudo Oikawa tenait à Fumisato et ne pouvait imaginer une seule seconde, tenir sa vie au bout du fil. Penser être le meurtrier d'un ami aussi cher le rendait malade et le poussait à peut-être songer de faire semblant de perdre ce combat. Mais, son éducation, cette philosophie qui lui avait été transmise par son Père l'empêchait d'imaginer à la défaite. Au final, Oikawa s'était fait une raison, il n'avait pas meilleur honneur pour Fumisato que de mourir par sa main. Ce-dernier, continuerait à vivre à travers Oikawa et à travers le Zanpakuto qu'il brandira lors d'affrontement. C'était une étape majeure de sa vie, qui déciderait si oui ou non, il pourrait dès lors intégrer de fond en comble, la dure réalité d'une vie de Shinigami au sein d'une Soul Society, impartial.

    C'était le lendemain matin, le combat devait avoir lieu. Fumisato était là, il semblait empli de conviction tout comme Oikawa. Des millions de shinigami étaient présent sur les lieux, le Capitaine-Commandant, les Capitaines et d'autres étaient là pour observer ce combat. Quand la voix du Capitaine-Commandant retentit pour annoncer le commencement des hostilités, Fumisato disparut en un éclair pour venir frapper sur les flancs Oikawa qui bloqua le coup. Les échanges étaient nombreux et les lames s'entrechoquèrent violemment. La tension était palpable, personne n'osait dire un mot ou parler, les gens regardaient ce combat intensément. Aucun des deux ne semblait maîtriser de capacité spéciale lié directement à leur Zanpakûto respectif.
    Pendant le combat, Oikawa entendait une voix qui résonnait dans sa tête, elle n'avait pas une signification particulière et plus le combat n'aboutissait pas, plus elle devenait forte et ce jusqu'à ce qu'Oikawa décide de prononcer ces paroles qu'il entendait en lui. « Etends toi Rīsarumisuto ». Le Katana d'Oikawa changea de couleur et s'affina, il devint de couleur satiné. La puissance d'Oikawa venait subitement d'augmenter sous les yeux de spectateurs curieux et d'autant plus excité par la suite. Néanmoins, le combat ne dura pas car lorsqu'à nouveau les deux sabres s'entrechoquèrent, le Zanpakuto de Fumisato se brisa, la lame s'envola et vînt frôler la joue gauche d'Oikawa. Fameuse cicatrice qui resta à graver sur le Ryudô.

    Oikawa cessa alors son offensive et regarda son jeune ami, anéanti et au bord des larmes tomber à genoux désespérément. Les spectateurs hurlaient « Tue le ! Finissons en ! » tandis que les mains du jeune Shinigami tremblotaient, il n'imaginait pas devoir exécuter son meilleur ami sans qu'il n'est de quoi se défendre. Il ferma les yeux et ressassa les paroles philosophiques de son géniteur qui lui dirent « Il n'y a pas plus belle mort pour un ami que de mourir de la main d'un ami. Car cette même mort est sans douleur et d'une valeur incommensurable pour l'ami, la paix est dès lors gagné par l'ami défunt. »

    Le Shinigami observait Fumisato encore une dernière fois avant d'arborer un regard plus terne et vide d'émotions puis il transperça froidement sa poitrine, puis le jeune Shinigami détenant Rīsarumisuto retira la lame de la poitrine de son meilleur ami puis, fouetta le vent pour nettoyer la lame du Zanpakuto et faire jaillir le sang qu'elle détenait avant de ranger le Zanpakuto dans son fourreau.

    Désormais, la place d'Oikawa dans la Première Division était définitive. La mort de son jeune ami l'avait profondément bouleversé mais, à travers de nombreuses remises en question, il finit par accepter le sort qui l'avait frappé.

    Des années encore après, plus précisément six années plus tard la Soul Society fut frappé par d'importants événements comme l'apparition d'un nouveau Capitaine-Commandant et de personnage appartenant à une faction encore jusque-là inconnue, les Reapers, qui par leur grand nombre avait pris le contrôle entier de la Soul Society, délaissant au Shinigami des tâches peu exceptionnelles. Une situation pour laquelle Oikawa était décidé à battre le fer pendant qu'il était encore chaud et diffuser l'ouvrage qui avait été au cœur des prémices de sa vie, l'Art de la Bataille, qui ferait un bien énorme à bien des personnes au sein de la Soul Society pour leur ouvrir les yeux et leur faire comprendre, que les Reapers n'ont pas à contrôler la Soul Society. Les préludes d'une Guerre Nouvelle se profilaient peut-être aux horizons.

    La disparition du Capitaine de la Première Division, placée cette-dernière en état de faiblesse. Qu'est-ce qu'une division sans un être capable de la diriger d'une main de fer ? Le Gotei 13 avait besoin d'un renouveau, d'un Capitaine qui respirait la modernité. Oikawa était le mieux placé pour convenir à ce rang, qui plus est, son dur labeur, sa volonté et son fort caractère étaient des qualités non-négligeables pour y parvenir. La Première Division sous les mains d'un homme comme lui ne peut être que synonyme de satisfaction. D'autant plus, qu'il faisait partie des rares hommes, à détenir un Bankai, pré-requis obligatoire pour justifier le rang de Capitaine. Mais surtout, son charisme, son assurance, sa forte personnalité marquée ferait de lui un Capitaine populaire auprès des siens et son arrivée pourrait annoncer le début d'une Nouvelle Donne pour le Gotei 13.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.bleach-bsrpg.com/t2683-ryudo-oikawa#23261
Ryudo Oikawa
Ryudo Oikawa [Prez finished en attente de valid'] Shi-shi
Ryudo Oikawa
Rang : Capitaine de la Première Division

Messages : 22
MessageSujet: Re: Ryudo Oikawa [Prez finished en attente de valid']   Ryudo Oikawa [Prez finished en attente de valid'] Icon_minitimeMar 28 Oct - 23:21

Petit double poste pour signaler la fin de ma présentation, j'ai oublié de le signaler. Merci d'avance au modérateur qui s'occupera de ma validation et merci pour la lecture ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bleach-bsrpg.com/t2683-ryudo-oikawa#23261
Melody MacKenzie
Ryudo Oikawa [Prez finished en attente de valid'] Hum-ind
Melody MacKenzie
Rang : Ϟ Espiègle Valkyrie

Messages : 2108
MessageSujet: Re: Ryudo Oikawa [Prez finished en attente de valid']   Ryudo Oikawa [Prez finished en attente de valid'] Icon_minitimeJeu 30 Oct - 13:06

Bonjour et bienvenue sur BBS.

Au sujet de ton zanpakutō, si ce n'est pas spécialement gênant qu'il prenne la forme de deux armes distinctes, je te demanderai de garder celles-ci reliées entre elles d'une manière ou d'une autre (chaîne, filin, peu importe). C'est de cette façon que l'on fait la distinction entre les zanpakutō normaux et les doubles (qui, comme tu dois le savoir, ne s'obtiennent qu'à très haut niveau). Du reste, ce n'est pas très grave mais la règle selon laquelle deux personnes ayant le même zanpakutō doivent s'entretuer n'a pas cours sur le forum (étant issue d'un film, elle ne fait pas partie du canon). Je ne te demanderai pas de changer ton histoire car ce n'est pas non plus foncièrement dérangeant mais autant que tu sois au courant. Aucun de ces deux points n'entrave cependant ta validation.

Je te valide donc au niveau 3 en tant que Capitaine de la 1ère Division. Tu disposes à ce titre de 20 points de compétence à répartir comme bon te semble lors de la création de ta Fiche Technique, que je t'invite à réaliser dans les plus brefs délais afin de pouvoir prendre part aux Events et Missions que nous organisons régulièrement. Si tu as des questions, n'hésite pas à t'adresser au Bureau du Staff. Comme promis, puisque tu aurais été validé hier pour les recevoir à tempssi je n'avais pas été occupée toute la journée par les préparatifs de l'anniversaire, tu reçois les 30 XP distribués à cette occasion.

Bon RP !

_________________

Ryudo Oikawa [Prez finished en attente de valid'] 253954signmelofeb
Destruction leads to a very rough road
But it also breeds creation
And earthquakes are to a girl's guitar
They're just another good vibration
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bleach-bsrpg.com/t1637-melody-mackenzie
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ryudo Oikawa [Prez finished en attente de valid']   Ryudo Oikawa [Prez finished en attente de valid'] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Ryudo Oikawa [Prez finished en attente de valid']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Before the Shadows :: Archives :: Archives-